Danser l’image

À venir

Du 03 décembre 2022 au 30 avril 2023

Danser l’image. Le Ballet national de Marseille direction (LA)HORDE

L’histoire du Ballet national de Marseille, compagnie créée par Roland Petit en 1972, témoigne dès le départ et sous l’influence de ce chorégraphe ambitieux d’une énergie créative intense et profuse, fondée sur un substrat de collaborations, avec la scène artistique de son époque. Depuis septembre 2019, le BNM est dirigé par le collectif (LA)HORDE réunissant trois artistes, Marine Brutti, Jonathan Debrouwer et Arthur Harel, qui placent la danse au coeur de leur pratique pluridisciplinaire et développent des créations chorégraphiques, des films, des  performances, des installations, avec comme projet pour le BNM de « faire oeuvre en la structure ». Danser l’image célèbre ainsi 50 ans de pratiques artistiques décloisonnées et dévoile plus de 130 costumes issus de collaborations avec des couturiers et designers de mode tels que Yves Saint Laurent, Hervé Léger, Gianni Versace, Y/Project, Ally Macrae…

Costumes, accessoires, dessins et croquis, éléments de décors contemporains, mais aussi photographies, films et vidéos des captations et répétitions, programmes, affiches, livres, distributions… forment un ensemble de traces tangibles de la vie qui fabriquent le BNM et en produisent l’image. À travers ce corpus, c’est le témoignage et les créations de l’ensemble des contributeurs, auteurs et collaborateurs qui s’énoncent : directeurs chorégraphes, danseurs, administrateurs, répétiteurs, costumiers, habilleurs, techniciens… artistes et créateurs de mode qui ont donné au Ballet toute sa singularité extatique. Aujourd’hui, le ballet, par ce choix radical d’une direction d’artistes, continue d’être le laboratoire qu’il a été pour l’expérience visuelle du geste dansé, hybridé des cultures matérielles exogènes. Cette exposition présente, sans exhaustivité, la suite constellée des personnalités qui ont fait et font la nature, sinon l’identité du patrimoine du BNM, et dont le costume est le centre de gravité, revisité dans cette exposition par le regard prospectif de la direction de (LA)HORDE.

« [Nous avons] souvent eu l’occasion de présenter notre travail performatif et nos films dans des espaces de musée, et nous sommes à la fois très honorés et excités d’avoir imaginé un écrin qui pourra accueillir les histoires et les œuvres qui ont traversé l’institution que nous dirigeons aujourd’hui. (…) Entre le monde de la mode et celui de l’installation, entre le white cube du musée et le set design, (…) le travail permettrait de déplacer, tout en l’évoquant, le contexte original de monstration des pièces pour l’ancrer dans un espace de projection à la fois très brut et onirique. » (LA)HORDE

 

lire la suite

Costume, mode, vêtement.
Danser l’image expose les collaborations artistiques, éditoriales et stylistiques : celles de grands costumiers et de couturiers créateurs tels que Yves Saint Laurent, Gianni Versace, Y/Project, Hervé Léger… mais aussi celles des images d’Harley Weir, de la styliste Ally Macrae, des réalisations et films de (LA)HORDE ainsi qu’une iconographie extraite du fonds des archives du
Ballet. Les costumes de ballets de Roland Petit (Casse-Noisette, Les Forains, Le Loup, Le Jeune homme et la mort, Parisiana 25, Tout Satie, Java for Ever, Hollywood Paradise, etc.), de Frédéric Flamand (La Vérité 25 fois par seconde, etc.), de (LA)HORDE (To Da Bone, etc.) sont agencés dans le parcours de l’exposition. Il s’agit de faire découvrir au public la création chorégraphique de l’institution par la présentation du répertoire dansé organisé en tableaux de costumes et d’images d’archives recomposés.

Fantasmagorie muséale, « dancing on the edge ».
D’un casino à un vestiaire étrange, d’une scène de bataille à la reconstitution d’une scène déjantée, la dimension cinématographique construit les plans de cette scénographie. Le mannequinage fait de postures expressives (gestes de répétitions, sauts, combats, séries, étirements ou cascades) propose de relire les costumes présentés dans une dynamique vivante. Co-conçue par (LA)HORDE en collaboration avec Julien Peissel et le commissaire Mathieu Buard, la scénographie joue entre la dimension spectaculaire d’une reconstitution paradoxalement vivante et l’esprit du musée, entre théâtre et archive, où les costumes tracent le récit multiple du BNM. 

 

L’archive. Le livre. Le futur
Un ouvrage exceptionnel complète l’exposition : DANSER L’IMAGE. Le Ballet national de Marseille – direction (LA)HORDE est la restitution d’une fouille archéologique du présent récent, dont le fil conducteur est le costume de scène. Le livre croise autant de créations, de rencontres, d’inspirations, qui dessinent l’identité d’un Ballet. Constituée de 468 pages, de 1300 images sous la direction créative d’Alice Gavin, d’essais de Mathieu Buard et Delphine Pinasa, de nombreux entretiens (Harley Weir, Isabel Marant, Emanuele Coccia, Lasseindra Ninja, (LA)HORDE, Alice Gavin, Salomé Poloudenny, Nicole Murru, Valentina Pace et Thierry Hauswald), cette archive ouverte constitue une zone subjective de l’histoire de ce Ballet, une ressource exemplaire pour rendre visible le divers et le futur de ce patrimoine vivant.

À paraitre en novembre 2022 aux éditions JBE Books. En collaboration avec le CNCS et le BNM. Avec le soutien de la fondation Isabel Marant.

https://cncs.fr/wp-content/uploads/2021/11/couverture-du-livre-danser-l-image-harley-weir-direction-images-alice-gavin-services.jpg

Couverture du livre Danser l'image ©Harley Weir Direction images Alice Gavin Services

COMMISSARIAT D'EXPOSITION

Mathieu Buard

Commissaire de l'exposition

Mathieu Buard est commissaire, professeur, critique. Commissaire indépendant d’art contemporain, Mathieu Buard conçoit des expositions qui soutiennent l’émergence artistique et les pratiques croisées. En tant que critique, il écrit pour différents supports éditoriaux : Magazine, Profane, Feu, Modes pratiques, Temple, ainsi que pour des artistes contemporains et leurs galeries (Almine Reich, Perrotin, The Pills…). Agrégé d’arts appliqués de l’École Normale Supérieure de Cachan, il est responsable des diplômes de Master et Licence à l’École Duperré Paris, à l’université Gustave Eiffel et à Paris III Sorbonne Nouvelle, il intervient également à l’ENS Paris Saclay. En septembre 2021, il a co-dirigé à Cerisy le premier colloque sur la mode : « La mode comme indiscipline ». Il exerce enfin un travail de conseil pour des maisons de luxe, et accompagne la création contemporaine en particulier pour la Cité Internationale de la Tapisserie d’Aubusson où il développe une direction artistique pour le fonds contemporain.

Julien Peissel

Scénographe

Diplômé des Arts Décoratifs de Paris, Julien Peissel se dirige rapidement vers le monde de la performance et développe un travail scénographique actif, brut, proche de la plasticité d’un chantier et le plus possible éloigné de la notion de décors. Explosion, destruction, et machinerie chaotique deviennent des éléments récurrents de son travail. Son approche de la scénographie embrasse beaucoup d’aspects tels que la lumière, avec notamment la construction d’objets lumineux, des mélanges de matériaux consommables, de récupération, et de construction, l’accessoirisation et la machinerie afin d’explorer plastiquement un univers complet. Avec la danse, il collabore avec Marion Lévy (Les Puissantes, En somme, Dans le ventre du loup). Il a réalisé également les décors filmiques de Vermilon Souls du réalisateur japonais Iwana Masaki et les scénographies de Julie Bérès (Soleil blanc, Orfeo, Le petit Eyolf), Stéphanie Chevara (Kroum l’ectoplasme), etc. Il travaille également en tant qu’éclairagiste à l’Opéra Bastille depuis 2001. Julien Peissel est scénographe pour le collectif (LA)HORDE depuis 2018 (WSHNWOTM, Room With A View, Marry Me In Bassiani).

Alice Gavin

Création graphique

Alice Gavin (*1987) est autrice. Elle partage sa pratique entre direction artistique, design graphique, et projets d’art. Avec ALICE GAVIN SERVICES™, bureau spécialisé dans la direction image, elle explore l’expérience artistique appliquée aux espaces de communication avec l’art contemporain, la culture et la mode avec les institutions culturelles. Elle intervient à l’École Duperré en Mode majeur Image Mode Editorial. De 2019 à 2021, elle est artiste associée au CCN Ballet national de Marseille direction (LA)HORDE. Elle dirige notamment la création d’un fond d’images photographiques contemporaines documentant 50 ans d’archives des costumes stockés à Marseille qui nourrit le projet d’exposition au Centre national du costume de scène et de la scénographie en 2022 à Moulins ainsi que l’ouvrage DANSER L’IMAGE. Le Ballet national de Marseille direction (LA)HORDE.”

Mathieu Cabanes

Designer lumière

Mathieu Cabanes est diplômé du DMA de Lyon en partenariat avec l’ENSATT. Sa passion pour le lyrique l’amène à prendre part à plusieurs projets d’Opéra en France et à l’étranger, tels que Don Pasquale, Le XV de choeur, Carmen, Le barbier de Séville, etc. Il va éclairer différents rassemblements sportifs à l’Aréna de Tokyo et au Stade Olympique de Rome. Associé à Lab212 (collectif d’artistes) il va mettre en lumière l’exposition Passifolia pour la Maison Hermès à Paris et le projet Novae exposé au MISK Art Institute à Riyad, en Arabie Saoudite. Mathieu Cabanes est amené à travailler sur des productions du metteur en scène américain Bob Wilson tels que Jungle Book, créé au grand Théâtre du Luxembourg, Ila Galigo en Indonésie, Oedipus en Russie et en Italie et au Portugal pour I was sitting on my Patio. Il est notamment directeur de la photographie sur différentes captations artistiques telles que Les Fêlures du mal et Il Primo omicidio.