Molière en costumes

Exposition

Du 26 mai au 06 novembre 2022

Le CNCS célèbre avec faste le 400e anniversaire de la naissance de Molière par une exposition présentant 130 costumes issus de plusieurs décennies de création théâtrale.

Exposition réalisée en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France

Jean-Baptiste Poquelin, plus connu sous le nom de Molière, est baptisé à Paris le 15 janvier 1622. Le Centre national du costume de scène a choisi de célébrer le 400e anniversaire de la naissance du célèbre auteur, comédien et chef de troupe, en présentant du 26 mai au 6 novembre 2022 une exposition intitulée Molière en costumes.

Issu d’une famille bourgeoise aisée, Molière, renonce à ses études de droit et à sa carrière juridique pour endosser les habits de comédien et se consacrer à la grande passion de sa vie, le théâtre. À l’âge de 21 ans, il fonde l’Illustre Théâtre avec Madeleine Béjart et une dizaine de compagnons. En 1645, pour fuir l’hostilité des comédiens des principaux théâtres parisiens, la troupe va chercher fortune en province et sillonne la France.
Durant ces années d’itinérance, Molière fait son apprentissage du métier de comédien, de chef de troupe et d’auteur, composant et interprétant farces et comédies. En 1658, forte de son succès, la troupe décide de venir tenter sa chance dans la capitale et de s’y implanter.

Protégé par le frère du roi et remarqué par le jeune Louis XIV, Molière devient rapidement l’auteur et le comédien favori du monarque qui le nomme ordonnateur des fêtes de cour. En collaboration avec les plus grands musiciens et danseurs de son temps, il crée de nombreux divertissements royaux reflétant les goûts du jeune monarque pour le
ballet et la musique. En parallèle, il écrit et joue ses plus grandes pièces parmi lesquelles Le Misanthrope, L’Avare, Le Tartuffe.

costume exposition molière

Avec Molière en costumes, les visiteurs vont découvrir plusieurs décennies de création théâtrale à travers 150 costumes et un ensemble de maquettes, photographies et captations audiovisuelles.

Commissariat
Véronique Meunier-Delissnyder, conservatrice générale des bibliothèques, adjointe au directeur du département des Arts du spectacle, Bibliothèque nationale de France.

Scénographie et graphisme
Philippine Ordinaire et Pierre Rodière, sous la direction artistique d’Eric Ruf.

lire la suite

Tous les grands personnages de l’œuvre de Molière sont convoqués : Alceste le misanthrope, Harpagon l’avare et Tartuffe le faux dévot, l’indécise Célimène et la naïve
Agnès, le vaniteux Monsieur Jourdain et le rusé Sganarelle.
De salle en salle, le public est invité à les retrouver selon un parcours organisé autour des thématiques qui jalonnent l’œuvre de Molière : vices et vertus, satire de la médecine
et de la religion, raillerie du bourgeois grotesque, condition des femmes, jalousie et infidélité,…

Sélectionnés parce qu’ils sont à la fois singuliers et emblématiques d’un metteur en scène – le Dom Juan de Louis Jouvet, le Dandin de Roger Planchon ou Le Malade
imaginaire de Jean-Marie Villégier – ou d’un costumier – Suzanne Lalique, Christian Bérard ou encore Patrice Cauchetier – les costumes sont également le reflet de tendances
que ce soit celle de la reconstitution historique, de la mode du temps ou de la transposition historique ou simplement le produit de l’imaginaire d’un créateur.

C’est ainsi que le public pourra découvrir le majestueux caftan de Louis Seigner en Monsieur Jourdain dans la production du Bourgeois Gentilhomme, mise en scène par
Jean Meyer en 1951, l’élégante robe de Célimène (Madeleine Renaud) dessinée par Marcel Escoffier pour Le Misanthrope mis en scène par Jean-Louis Barrault ou encore le costume de la précieuse Philaminte interprétée par Georges Wilson pour Les Femmes savantes données au Théâtre de Chaillot en 1956.
Une place importante sera naturellement accordée à la Comédie-Française, encore aujourd’hui appelée « Maison de Molière », fondée en 1680, soit sept ans après la mort
de l’auteur dont toutes les pièces sont inscrites au répertoire.

Les pièces présentées seront majoritairement issues des collections du CNCS, de la Comédie-Française et du département des Arts du spectacle de la BnF mais également empruntées à des théâtres, compagnies ou institutions culturelles, telles que Théâtre national populaire (Villeurbanne), la Maison Jean Vilar, …
La visite s’achèvera en feu d’artifice par l’évocation de la comédie-ballet, genre dramatique mêlant musique, chants et danses, inventé par Molière avec la complicité de Lully, et au sein duquel, Le Bourgeois gentilhomme et Le Malade imaginaire, constituent des chefs d’œuvre.
Un catalogue richement illustré réunira articles scientifiques, témoignages de metteurs en scène et costumiers et parcours dans les œuvres selon le plan de l’exposition

Commissariat et scénographie

Véronique Meunier-Delissnyder

Commissaire de l'exposition

Après des études d’histoire de l’art et d’histoire à l’université de Strasbourg, Véronique Meunier enseigne l’histoire de l’art durant deux ans et prépare le concours d’entrée de l’ENSSIB, qu’elle intègre. Diplômée conservateur de bibliothèque en 1994, elle est affectée à la Bibliothèque nationale de France où elle y réalise toute sa carrière jusqu’à aujourd’hui à différents postes. Elle rejoint le département des Arts du spectacle en 2006 en tant qu’adjointe au directeur. À ce titre, elle contribue au pilotage du département et à la définition de ses objectifs stratégiques. Elle est responsable de la coordination des dossiers liés au Projet Richelieu. Elle y est également chargée des relations internationales et, à cet égard, elle a été élue au sein du comité exécutif de la SIBMAS, principale association professionnelle pour le patrimoine des arts du spectacle. Au sein du département, elle s’intéresse plus spécifiquement aux collections de costumes et au domaine du cirque. Avant « Molière en costumes », elle a assuré le commissariat de l’exposition « Contes de fées » en 2001 et participé au projet d’exposition en ligne « Les Arts du cirque ».
Véronique Meunier est conservatrice générale des bibliothèques, adjointe au directeur du département des Arts du spectacle, Bibliothèque nationale de France.

Philippine Ordinaire

Scénographe

Formée au Saint Martins College of Art à Londres, Philippine Ordinaire collabore à de nombreux projets de théâtre et d’opéra avec les décorateurs Christian Fenouillat, Chantal Thomas, Tim Hatley, Radu Boruzescu ou encore Christian Lacroix.

Elle travaille régulièrement avec le metteur en scène et scénographe Robert Carsen, aussi bien à l’opéra que pour des expositions en France et à l’étranger.

Elle a réalisé la scénographie de l’exposition Maria by Callas à la Seine Musicale, de Comédies Musicales au CNCS, et des espaces d’accueil du public sous la nef du Grand Palais à l’occasion de Singin’ in the Rain hors les murs.

Elle crée entre autres les décors de Tistou les pouces verts mis en scène par Gilles Rico à l’Opéra de Rouen, de Il faut qu’un porte soit ouverte ou fermée mis en scène par Laurent Delvert au Studio de la Comédie Française, de Funeral Blues mis en scène par Olivier Fredj au Studio Opéra de Luxembourg et aux Bouffes du Nord, de Don Giovanni mis en scène par Laurent Delvert à l’Opéra de Saint-Etienne, de Marry me a Little mis en scène par Mirabelle Ordinaire au Studio Marigny et de Traumgörge mis en scène par Laurent Delvert à l’Opéra national de Lorraine.

TRAFIK

Conception graphique

Trafik aborde l’image comme un langage complet quelle que soit sa nature : espace, temps, matière. Baignés par la culture numérique, agités par l’échange et la participation, leurs interventions se distinguent par leur caractère incitatif, ludique et immersif. La conception “maison”, de systèmes graphiques et d’instruments numériques apportent une tonalité singulière, joyeuse voire décomplexée. Leurs procédés d’expressions mixent les disciplines créatives. Ils renouvellent l’esthétique, les perspectives des applications et mettent à disposition des outils de communications inusités. Les réalisations de Trafik embrassent ainsi des domaines aussi larges que l’identité visuelle, le design graphique, les dispositifs numériques ou scénographiques et traversent les champs aussi bien culturels, institutionnels qu’industriels.

Nathalie Perrier

Créatrices lumières

Diplômée de l’ENSATT, Nathalie Perrier a complété sa formation par une recherche intitulée l’Ombre dans l’espace scénographié, sous la direction d’Anne Surgers, dans le cadre d’un DEA à l’Institut d’Etudes Théâtrales de la Sorbonne.
Elle travaille pour le théâtre et l’opéra, en France et à l’étranger, avec de nombreux metteurs en scène (Pierre Audi, Lilo Baur, Yves Beaunesne, Robert Carsen, Hans Peter Cloos, Olivier Py, Deborah Warner…)

Elle a récemment créé les lumières de :

  • L’Avare, msc. Lilo Baur, Comédie Française
  • Un Ballo in Maschera, msc. Waut Koeken, Fundación Baluarte, Pampelune
  • Der Traümgorge, msc. Laurent Delvert, Opéra National de Lorraine
  • Ruy Blas, msc. Yves Beaunesnes, Château de Grignan

Parallèlement à son travail d’éclairagiste et sous la bienveillante influence du plasticien Christian Boltanski – ils ont inventé ensemble les lumières des Limbes (Théâtre du Châtelet, Paris, 2006) et celles de Gute Nacht (Nuits Blanches, Paris, 2008) – elle crée des mosaïques et des installations lumières éphémères telles que Ciel en Demeure présentée lors de la fête des Lumières de Lyon.

Nathalie Perrier enseigne également à l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris.

Réserver sa visite