Focus vitrine : "The Fairy Queen" de Purcell

Semi-opéra en un prologue et cinq actes. Musique de Henry Purcell. mise en scène Adrian Noble, costumes et décors Deirdre Clancy, Festival d'Aix-en-Provence, 1989.

A l’aube du XVIIe siècle, les rois d’Angleterre attirent à leur Cour les compositeurs les plus prestigieux. Après la mort de la reine Elisabeth I, grande mécène, et la prise de pouvoir des Puritains, la vie musicale perd de son éclat. En 1660, le roi Charles II revient au pouvoir, mais les séquelles de la période puritaine sont encore bien présentes. Deux compagnies de théâtre dominent alors la vie artistique : celle de la Cour et celle du duc d’York. Mêlant des numéros vocaux et instrumentaux à des textes parlés, le théâtre musical trouve sa voix dans les opéras de Purcell.

Les costumes exposés sont ceux de l’une des oeuvres majeures du répertoire de Purcell, "The Fairy Queen" d’après "Le Songe d’une nuit d’été" de William Shakespeare, créée en 1692 à Londres. Cette production jouée par Les Arts Florissants en 1989 fut la première à monter l’oeuvre dans son entier en France. Sorcières, esprits et fées peuplent les scènes lyriques, prétextes à des chants et danses. Deirdre Clancy propose un univers féerique, avec des robes en coton rayé de style XVIIIe siècle pour les fées et les déesses, des tuniques drapées et teintées pour les saisons ou des ensembles colorés pour le couple, de danseurs chinois, messagers du bonheur conjugal.

Focus :
La costumière a réalisé un travail magnifique sur la robe de l’allégorie de la Nuit, en crépon teint en dégradé accentuant les plis.