Bêtes de scène

Du 2 juillet au 5 novembre 2006

Pour faire la bête, il faut en avoir la peau. Au gré des maquettes et des tenues de scène présentées dans l’exposition, les costumes les plus précis, où ne manquent ni une plume ni un poil, voisinent avec ceux où règne l’évocation la plus astucieuse, la plus décalée, la plus fantaisiste.

Des ballets de cour du XVIe siècle aux Fables de La Fontaine mises en scène par Robert Wilson à la Comédie-Française en 2004, les animaux disputent aux humains les plateaux des théâtres. Le spectacle est le lieu privilégié des enchantements, la scène est déjà un lieu magique. On ne s’étonnera donc pas que les animaux y parlent, dansent et chantent, convention théâtrale oblige.

L’exposition présente des dessins de costumes, affiches de spectacle, gravures, programmes,livres et livrets, photos de scène, ainsi que 120 costumes, issus en majorité des fonds des trois institutions fondatrices du CNCS :

  • ballet de cygnes, sirènes, papillons, loups, renards et insectes dans Le "Lac des cygnes", "Le Fantôme de l’Opéra" (costumes de Franca Squarciapino), "Papillon", "La Belle au bois dormant" (costumes de José Varona), "Nana", "Le Festin de l’araignée","Renard" de Maurice Béjart, "A la Rochelle, il n’y a pas que des pucelles" (costumes de Jean Paul Gaultier)...
  • théâtre de paroles dans "Les Oiseaux", costumes de Lucien Coutaud dans "Chantecler" (costumes de Christian La croix pour la production de JL Tardieu et costumes de Michel Dussarat pour celle de Jérôme Savary), dans "Les Peines de coeur d’une chatte anglaise" (costumes de Claudie Gastine pour la production d’Alfredo Arias), dans "Les Fables de la Fontaine" (costumes d’après Moidele Bickel dans la mise en scène de Robert Wilson).
  • chants de Papageno et Papagena dans "La Flûte enchantée", des grenouilles dans "Platée", de la déesse Thétis, dans "Orphée aux enfers", des insectes fantastiques des "Tréteaux de Maître Pierre", des oiseaux dans "Dardanus", des biches et animaux maléfiques dans "Zoroastre" …

Commissariat de l’exposition et direction artistique

Claudie Gastine

Scénographe

Née à Marseille Claudie Gastine y étudie, après le bac, le dessin aux Beaux-Arts. Elle monte à Paris en 1960, et suit pendant une année, le cours de décoration théâtrale de l’École de la rue Blanche (devenu l’ENSAT, École Nationale Supérieure des Arts et...

Scénographe

Née à Marseille Claudie Gastine y étudie, après le bac, le dessin aux Beaux-Arts. Elle monte à Paris en 1960, et suit pendant une année, le cours de décoration théâtrale de l’École de la rue Blanche (devenu l’ENSAT, École Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre). En 1962, elle fait partie d’une équipe de décorateurs, formée par Suzanne Lalique, directrice de la décoration à la Comédie Française, qui prépare une exposition au château de Versailles. Au cours de ce premier travail, elle rencontre Lila de Nobili, Jean-Marie Simon, ainsi que Lydia et Rostislav Doboujinsky qui seront ses introducteurs dans le monde du spectacle.

En savoir plus En savoir moins

Yves Bernard

Scénographe et créateur de lumières.

Directeur technique de Patrice Chéreau de 1967 à 1984, il réalise au théâtre - à partir de 1976 - des décors pour Bruno Boëglin, Philippe Adrien, Gérard Desarthe, Gao Xingjian, Alain Pralon et Muriel Mayette, et à l’opéra pour...

Scénographe et créateur de lumières.

Directeur technique de Patrice Chéreau de 1967 à 1984, il réalise au théâtre - à partir de 1976 - des décors pour Bruno Boëglin, Philippe Adrien, Gérard Desarthe, Gao Xingjian, Alain Pralon et Muriel Mayette, et à l’opéra pour Chrisitan Gangneron. Concepteur de lumières pour Patrice Chéreau, Bob Wilson, Andreï Serban, Matthias Langhoff, ou Zhang Yimu à Pékin. Décorateur auprès de Jean-Paul Goude pour le bicentenaire de la Révolution en 1989, puis pour passage à l’an 2000. Il réalisa également l’éclairage de la tour Eiffel pour le feu d’artifice du 14 juillet 2005.

En savoir plus En savoir moins